Bien débuter en astronomie

L'astronomie expliquée simplement
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LES DIFFÉRENTS TYPES DE MONTURES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: LES DIFFÉRENTS TYPES DE MONTURES   Mar 3 Avr - 14:45

Le meilleur tube optique du monde n'est rien sans une bonne monture. Du type et de la qualité de cette dernière dépendra ce que vous pourrez prétendre faire avec votre instrument. Ce n'est donc pas un investissement à prendre à la légère, d'autant que lorsqu'elle atteint un certain niveau de précision, la monture coûte aussi cher que le tube optique.

Il n'en existe que de deux types : les montures azimutales, parfois appelées altazimutales, et les montures équatoriales. Dans les instruments vendus dans le commerce, ces dernières se déclinent en montures équatoriales allemandes, à fourche ou en fer à cheval.

Monture azimutale


Une monture azimutale permet de déplacer le tube optique parallèlement et perpendiculairement au sol. En tout autre lieu que les pôles et l'équateur, il convient de composer ces deux mouvements pour suivre les astres qui, eux, se déplacent " en biais " par rapport à l'horizon. Pour suivre la Lune à fort grossissement, par exemple, vous devrez sans cesse agir sur les deux mouvements, ce qui, naturellement, fait vibrer l'instrument et ne facilite guère l'observation des détails. Pour un observateur débutant, enfant ou adulte, l'utilisation d'une monture azimutale est remarquablement aisée, car il suffit de poser l'instrument sur un sol à peu près plat et d'observer : on peut difficilement faire plus simple.

Les télescopes de Dobson, qui sont des Newton de (très) grand diamètre dédiés à l'observation visuelle, sont constitués d'un tube optique et d'une monture azimutale trapue. Tout est simplifié à l'extrême sur ce type d'instrument. Il n'y a par exemple aucun système de freinage sur les axes de la monture, car le tube est parfaitement équilibré et repose sur des patins de Téflon qui assurent une friction suffisante pour qu'il reste toujours dans la position où on le laisse. Naturellement, pour compenser la rotation de la Terre, il faut déplacer le tube à la main d'autant plus fréquemment que le grossissement employé est fort. C'est vraisemblablement l'instrument idéal pour un observateur novice qui apprend généralement à pointer et suivre un objet céleste en moins de 5 minutes. C'est également l'instrument idéal de ceux pour qui l'observation visuelle est un plaisir sans cesse renouvelé et qui ne désirent pas se lancer dans la photographie traditionnelle ou l'imagerie électronique. Dans le commerce, le prix d'un Dobson de 300 mm correspond à peu près à celui d'une lunette apochromatique de 80 mm. Et pour cette somme, il est possible de construire un Dobson de 400 mm.

Il existe de plus en plus d'instruments équipés de montures azimutales (ou équatoriales) entièrement motorisées et pilotées par ordinateur. Il suffit alors de pointer deux étoiles connues pour étalonner le programme de suivi, puis l'ordinateur s'occupe du reste. Ces instruments sont équipés d'une fonction " Go To " qui permet un pointage automatique de milliers d'astres inclus dans leur mémoire ou de millions si on les connecte à un ordinateur équipé d'un programme de cartographie stellaire (voir le Guide des ressources). Naturellement, ces montures calculent aussi les éphémérides des corps du système solaire, ce qui permet par exemple un pointage des planètes en plein jour ou dans le crépuscule lors des conjonctions invisibles à l'œil nu.

On peut aussi désormais installer sur n'importe quel type de monture des " encodeurs électroniques " reliés à une raquette de commande qui reprend toutes les fonctions des montures informatisées. Si l'instrument n'est pas motorisé, la fonction " Go To " est manuelle, le pointage correct étant indiqué par un signal lumineux ou sonore. Un Dobson équipé de tels encodeurs devient à moindres frais une véritable machine à observer !


Montures équatoriales

À l'équateur, les astres suivent des trajectoires apparentes perpendiculaires à l'horizon. Dans ce cas précis, une monture azimutale devient intéressante, car il suffit d'un seul mouvement pour compenser la rotation de la planète. Si l'on s'éloigne progressivement de l'équateur en inclinant peu à peu l'un des axes pour qu'il reste parallèle à la position qu'il avait à cet endroit, il sera possible de continuer à suivre un astre avec un seul mouvement. Autrement dit, lorsque l'on parle de monture équatoriale, on fait référence à une monture azimutale dont l'un des axes est incliné selon un angle égal à la latitude du lieu d'où l'on observe. Cela paraît simple, mais dans la pratique, c'est une des causes du désenchantement de certains acheteurs d'instruments astronomiques qui n'arrivent pas à les " mettre en station ", ou qui ignorent tout simplement qu'il convient de le faire (voir plus loin).

Monture équatoriale allemande

C'est la monture équatoriale la plus commune pour les lunettes et les petits télescopes. Vous la reconnaîtrez facilement, grâce à la présence du contrepoids placé sur une tige à l'opposé du tube optique. Il sert à équilibrer celui-ci en fonction des accessoires qu'il supporte (appareil photo, lunette-guide). Les versions livrées avec les instruments de bas de gamme sont en général de mauvaise qualité (axes trop petits, jeu important...). À partir de 5 à 6 000 FF, tous les instruments sont équipés de montures allemandes plutôt robustes, sur lesquelles on peut installer une motorisation de qualité. Le défaut majeur de ce type de monture apparaît lorsque l'on essaie de pointer la région du zénith : il faut parfois s'y reprendre à plusieurs reprises et se livrer à des contorsions suffisamment extravagantes pour que l'on comprenne vite l'intérêt d'un accessoire comme le renvoi coudé.


Monture équatoriale à fourche

Les télescopes de Newton et de Schmidt-Cassegrain sont la plupart du temps vendus avec des montures équatoriales à fourche, ce qui n'est pas le cas des lunettes, puisqu'il serait impossible de pointer la région polaire, sauf avec une fourche spécialement étudiée... La monture à fourche présente l'avantage d'être trapue ; elle convient donc parfaitement aux instruments transportables. Son principal défaut tient à la position en porte-à-faux de toute la masse du tube optique et de ses accessoires. Il faut donc que l'axe qui la supporte soit plutôt surdimensionné. L'autre défaut de cette fourche est qu'elle ne peut recevoir un tube d'un diamètre supérieur à celui auquel elle est destinée, ce qui est possible avec des colliers de dimension adéquate sur une monture allemande robuste.


Monture équatoriale en fer à cheval

Dérivées des montures des grands télescopes (type 5 m du Palomar ou CFH de 3,60 m à Hawaii), les montures équatoriales en fer à cheval ne sont vendues qu'avec certains télescopes de la marque américaine JMI (NGT 18). Surbaissées et parfaitement stables, ce sont des montures idéales pour les grands Newton, mais totalement inadaptées aux Cassegrain et autres Schmidt-Cassegrain, pour lesquels l'arrière du miroir principal doit être accessible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mon-astronomie.activebb.net
 
LES DIFFÉRENTS TYPES DE MONTURES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» qui a des exs sur les différents types de subordonnées ?
» Les différents types de dragons
» [Article] Les différents types de rêves
» Les différents types d’arguments :
» Les différents types d'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien débuter en astronomie :: OBSERVATIONS :: Petits cours d'optique...-
Sauter vers: